Le poids de la société de consommation, on en parle ?

Fin de semaine oblige, j’ai commis l’irréparable : aller faire un tour du côté de chez Biba. Si tu passes par ici : cher (chère ??) Biba, je n’ai rien contre toi. Mais tu m’as gonflée avec ta façon de représenter les célibataires en tête à tête avec des sucreries qui leur évitent de se morfondre pour la Saint Valentin… Et tu m’as encore plus gonflée, avec la breaking news « alimentaire » inside…

Breaking News

Pour la Saint-Valentin, aux States, on peut grignoter des M&M’s au cheesecake en édition limitée. Soyons précis : des M&M’s à l’arôme artificiel de cheesecake (au moins, c’est écrit dessus). Et apparemment, « on espère les voir rapidement dans nos supermarchés ». Des M&M’s à l’arôme artificiel de cheesecake.

excuse-me

Flash-Back

Quand j’étais petite, j’ai eu la chance de connaître mon arrière-grand-père. Un mec qui avait la pêche et toute sa tête. Un mec même pas d’un autre siècle mais d’un autre millénaire (né en 1897). « De son temps », on petit-déjeunait à la soupe de légumes. Il faut dire que contrairement à son arrière-petite-fille (moi !), ses semaines ne se passaient pas en mode 35 heures au bureau… et il n’avait pas besoin de fréquenter une salle de sport, lui !

Un jour, je grignotais consciencieusement mon petit gâteau du dimanche (une tradition familiale !) et il m’a raconté un événement qui était arrivé dans son village dans les années 50. La fille de son voisin vivait alors « en ville », et lorsqu’elle revenait chez ses parents, ils étaient scandalisés. Imaginez un peu : pour son petit-déjeuner, elle mangeait un croissant avec de la confiture dessus. Les deux ensemble. Truc de ouf, quoi…

Ce que ça m’évoque…

Les temps changent, et c’est très bien comme ça. Je me verrais mal travailler aux champs 6 jours sur 7 🙂 !! Mais au fur et à mesure que notre vie s’est « adoucie », la malbouffe s’est répandue, avec son sel ajouté, ses sucres ajoutés, ses arômes artificiels ajoutés… et un certain nombre d’autres additifs dont le nom se compose généralement de lettres et de chiffres incompréhensibles. Et on nous fait passer ça avec une bonne dose de marketing…

Wahou ! un M&M’s en édition limitée… !

D’un autre côté, on nous sert le sommet de l’hypocrisie, sur l’air du « prends soin de toi parce que si tu tombes malade, c’est vraiement que tu le cherches » avec le célèbre  :

Pour votre santé évitez de manger trop gras trop sucré trop salé.

Et en prime, on nous assomme aussi d’images filtrées et sur-photoshoppées nous martelant qu’on doit être mince, sinon on n’est trop-pas-beau.

Il n’y a plus d’occasion spéciale pour se grignoter un chocolat, un dessert sympa… non, au 21ème siècle, on bouffe tous les goûts en une fois, même en dehors des repas. Mais on reste svelte (et on doit aussi se démerder pour rester en bonne santé). Et on pense à expliquer à nos enfants qu’il faut qu’ils mangent des fruits et des légumes, parce que ça fait partie du manuel des bons parents. Même si toute la famille a les papilles totalement anesthésiées par les concentrés de beurk qu’on nous invente et qu’on nous sert dans un bel emballage (ou en édition limitée).

Ras-le-bol, ras-le bol, ras-le-bol !

Parce que c’est un peu facile de faire la morale aux personnes qui sont trop minces, trop grosses, ou de jeter un regard compatissant à celles qui souffrent de troubles alimentaires, ou de juger des gamins qui ne savent pas faire la différence entre un navet et un brocolis (à supposer qu’ils connaissent ces mots). On baigne quand même dans une société de consommation totalement schizophrène, quand une grande partie du monde crève la dalle (sans parler des trop nombreuses personnes qui crèvent la dalle à côté de chez nous).

Chère société de consommation,

Tu me gonfles. C’est vrai, là, je suis en mode régime & remise en forme pour repartir cavaler en montagne l’été prochain. Laisse-moi juste te préciser un truc : il m’arrive aussi très souvent de me faire plaisir mais… je considère que non, on mange pas des bonbons/gâteaux/biscuits tous les jours, surtout s’ils sont chimiques et même s’ils sont mignons et en édition limitée.

Pourtant, si,si, je te rassure : il m’arrive de céder aux produits de grande consommation. Il arrive même que ce soient des M&M’s. Mais si je veux manger du cheesecake, je me prépare un vrai cheesecake. Je le mange pas fondu en arôme artificiel dans un bonbon, bordel ! Tu ne me feras pas avaler des saloperies de plus en plus improbables en me les fourguant en me faisant croire que « c’est génial, c’est en édition limitée » !

fuck-you

Bisous.

Publicités

2 réflexions sur “Le poids de la société de consommation, on en parle ?

  1. SapinSquare dit :

    Et oui, il en faut toujours plus… Toujours plus consommer, toujours plus calorique, toujours plus mauvais qu’avant pour la santé. D’ailleurs les opés marketing réussissent bien à créer cette envie pour au final n’être qu’un mouton parmi tant d’autres. Si tu n’as pas essayé telle ou telle chose, tu es un looseur (j’exagère le propos).

    Ceci dis, les m&m’s beurre de cacahuète sont une tuerie tant au niveau goût que calorique (bonjour, je suis un mouton).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s