Ma routine de la semaine #5

Comme tous les lundis, c’est l’heure du bilan de la semaine écoulée et du programme de celle qui commence ! Lire la suite

Publicités

En mode testeuse beauté – Les produits Younique

Je vais être honnête : je ne supporte plus le harcèlement des vendeurs/vendeuses ItWorks ou LR Beauty sur les réseaux sociaux. J’ai regardé les ambassadrices Younique se répandre dans mes contacts et je n’avais pas vraiment envie de tester. Sauf qu’une amie avait fait une commande et que j’ai trouvé les produits que j’ai pu voir et tester vraiment top. Alors, j’ai craqué. Et là, je te donne mes impressions !

Lire la suite

La recette facile du jour – Crème dessert façon Cheese-Cake citron

Je ne sais pas si vous avez déjà entendu la vieille expression « menteur comme un arracheur de dents » ? Je ne voudrais pas offenser la confrérie des dentistes (et encore moins mon dentiste) mais ils ont une fâcheuse tendance à nous expliquer en souriant qu' »arracher une dent de sagesse, ce n’est rien… dans 48h, vous serez au top ! ». NON. MÊME PAS VRAI. Et c’est très très compliqué de manger. En ce qui me concerne, j’ai passé 48h au fond du trou et après encore 48h, c’est toujours très très compliqué de manger. Mais ce n’est pas une raison pour se laisser abattre, n’est-ce pas ? Donc, aujourd’hui, une recette express pour un dessert frais et facile à manger : la Crème dessert façon Cheese-Cake au citron.

Lire la suite

La recette facile du jour – Mousse au chocolat noir

Cette semaine, c’est la galère. Mauvaise surprise chez le dentiste : il va falloir m’arracher les dents de sagesse. En attendant, j’ai la tête d’un hamster et quelqu’un a remplacé mon cerveau par un tambour. Pas vraiment l’idéal pour cuisiner ! Du coup, je ressors un autre basique extrêmement simple et rapide à réaliser : la mousse au chocolat noir. Attention : la vraie de vraie, celle qui est réservée aux adeptes du chocolat amer !

Lire la suite

Ma routine de la semaine #2

Bon. Pour cette reprise en douceur, bilan mitigé ! C’est vrai que l’effort paye, mais je partais de loin (trèèès loin) et même si j’ai amélioré mes « performances » entre le début et la fin de la semaine dernière, j’ai encore de la marge avant de faire concurrence aux blogueuses sport/fitness (euh… pour ceux qui seraient tentés de prendre ça au sérieux : ça n’arrivera jamais 🙂 !). En tout cas, j’ai peaufiné ma petite routine hivernale. Il ne fait pas un temps à aller courir ou marcher dehors, en ce moment.

Lire la suite

I <3 ma balance et je t’explique pourquoi…

Grosse fureur hier : je me suis rendue compte que ma balance déconnait complètement. Je sais  que ce n’est pas une façon élégante de le dire, mais c’est la vérité et en période de régime, ça m’a rendue furieuse. Parce que j’ai déjà perdu une taille de vêtement, mais je ne sais pas précisément combien j’ai perdu et combien je pesais ? Un peu. Mais ce n’est pas le fond du problème. Contrairement à ce que l’on pourrait penser vu les premiers articles (et le nom) de ce blog, hors période de régime, je ne suis pas une obsédée de mon poids. Pourtant, c’est vrai, je me pèse une fois par semaine.

Pincez-moi je rêve

La plupart des mes amies me soupçonnent d’être obsédée par ma balance, du fait de cette habitude de me peser régulièrement. On est dans une drôle de société : d’un côté, on nous explique que le principal, c’est d’être bien dans ses baskets, et de l’autre, l’image est reine (coucou Instagram !). Personnellement, je suis dans la team #biendanssesbaskets. Si je me pèse régulièrement, c’est simplement que je suis une ex-obèse. Et ma santé en pâtissait, même si à l’époque, j’avais seulement une vingtaine d’années.

A l’époque, j’ai géré toute seule le régime et l’aspect psychologique. Et là, j’ai foiré. Mais totalement foiré. En fait, perdre du poids physiquement c’est une chose. Perdre du poids psychologiquement, c’est encore  autre chose.

J’ai commis une très très grosse erreur : penser que je finirais bien par m’habituer à ma nouvelle silhouette.

epic fail

J’ai continué pendant près de deux ans à me demander si je pouvais m’asseoir sur une vieille chaise sans finir sous la table, à me demander si je pouvais passer entre deux voitures garées sur le parking et j’en passe. Sans parler du nombre d’achats foireux sur internet : le nombre de fringues commandées en 3 tailles de trop…

Déjà, ma balance m’a aidée à me faire à l’idée que je ne rêvais pas. C’est bête, mais il fallait ça.

C’est trop beau pour durer ?

Il y a un truc incroyable lorsqu’on est obèse et qu’on décide de se prendre en main : il y a tout un tas de bonnes âmes qui nous encouragent. Sauf que certaines apprécieraient qu’on n’y arrive pas. Ou qu’au moins, on reprenne tous nos kilos très vite. Il y a aussi des personnes qui sont persuadées en toute bonne foi que « grosse un jour, grosse toujours ».

Comme je ne suis pas superwoman, je me suis laissée convaincre que ça ne durerait pas. Donc, j’ai pris l’habitude de me peser régulièrement.

Pour info : non, en fait, si on a été obèse, on n’est pas condamné à lutter jusqu’à la fin de nos jours. Oui, même si on aime le chocolat (entre autres !) 🙂 ! Et ma balance a passé 15 ans à me le prouver !

Up & down

La vie n’étant pas un long fleuve tranquille, il y a des tas d’événements qui peuvent faire varier notre poids. Parfois, on en prend, on en perd, sans rien faire de particulier. Pour la plupart des gens, c’est normal.

Mais quand on a été obèse, on a toujours au moins une personne qui guette quelques kilos en trop. Peu importe que ce soit après un deuil, une grossesse, un nouveau job, une perte de job… Et on est tenu de se justifier. Nous, on a pas le droit de prendre quelques kilos, parce qu’on va redevenir « gros-c’est-pas-beau ». En tout cas, c’est que cette personne pense…

Marilyn

J’appelle ça des personnes toxiques, de celle qu’il fait bon expulser de notre vie. Mais quand c’est un(e) collègue de bureau ou belle-maman, par exemple, ça peut être compliqué de le faire. Dans leur bêtise, ces personnes ne réalisent même pas ce qu’elles peuvent provoquer, pour peu qu’on traverse un période compliquée (dépression, troubles alimentaires…). Soit dit en passant, mesdames & messieurs les « jugeurs », c’est une attitude tout aussi malsaine envers une personne trop maigre (parce que faut pas croire… elle trinque aussi à longueur de journée !).

Ma balance est donc aussi mon garde-fou. Je sais quel est mon poids de forme (enfin… mon poids de formes : je ne suis définitivement pas faite pour être filiforme 😀 !). Je sais aussi quelle marge est acceptable pour ma santé.

Je ne sais pas si on doit appeler ça « la voie du milieu » ou « une question de point de vue »… mais je crois qu’on se trompe souvent sur le rapport à entretenir avec notre balance. Certain(e)s la fuient, les autres la laissent diriger leur vie. Peut-être qu’on peut la considérer comme une alliée. Peut-être que je me plante.

En attendant, I ❤ ma balance !